jeudi 3 juillet 2014

Légende de la tournerie dans le Jura - Jura mountains woodturning legend

Translation: click on your flag


Pictures: Click to enlarge

Cliquer sur les images pour agrandir et faire défiler le diaporama


Jura mountains woodturning legend
Légende de la tournerie dans le Jura


          Depuis des décennies circule la légende qui dit que les moines de l'Abbaye de Saint-Claude auraient inventé les jouets en bois grâce au tournage qu'ils connaissaient bien.
Mais qu'en est-il réellement ?
D'où vient cette légende, les moines et la tournerie, bruit de fond des guides touristiques depuis le XIX ème siècle ?
Une partie de la réponse est sur un médaillon de vitrail de la cathédrale de Saint-Claude.

Ce vitrail est particulièrement difficile à voir et à photographier.
Il est situé en haut de l'abside du chœur, côté nord qui ne reçoit jamais le soleil !

Ce vitrail représente la légende historiée de la tournerie !


Dans l'histoire de l'Abbaye et de la terre de Saint Claude, Dom Benoit nous en dit un peu plus:


           En effet, en 1892, dans son "Histoire de la terre et abbaye de Saint-Claude" Dom Benoit écrit que le vitrail de la cathédrale représente Saint Oyend qui remet l'école de Condat (ancienne dénomination de la ville de Saint-Claude) à Saint Viventiole.
Viventiole est assis devant un tour à bois, tour qui possède une très grande roue motrice. Il est clair que pour l'époque représentée (le Vème siècle) le tour à roue n'existe pas. Par contre, il est contemporain de la date de la réalisation du vitrail.

Pour en revenir à l'époque concernée, un ouvrage exceptionnel rédigé vers l'an 520 nous renseigne sur "La vie des Pères du Jura". Une petite partie de ce texte a été de très nombreuses fois extrapolée pour montrer la source "historique" de la tournerie du bois dans le Jura.
Les archives départementales conservent une lettre de remerciement de l'évêque de Vienne, Saint Avit, adressée à l'abbé Viventiole, un des successeurs de Saint Oyend. "Saint Avit remercie Viventiole de lui avoir envoyé en présent une "sella" , probablement une sorte de tabouret en bois sculpté; il ajoute que la fabrication de tels objets est un moyen élégant d'attirer les gens à Condat."

En réalité de quel meuble parle-t-il ?
Ne serait-ce pas un petit siège, sella ou repose pied ?

Une similitude certaine d'époque et de meuble existe avec le siège de Sainte Radegonde


             Le pupitre de sainte Radegonde est le plus vieux meuble français identifié. Il est officiellement daté du VIe siècle. Il est parfois appelé repose-tête, et nommé en rapport à Radegonde de Poitiers.
C'est un petit meuble en buis sculpté, inscrit au Patrimoine de France. C'est une pièce essentielle du trésor du monastère Sainte-Croix à Poitiers (Vienne).
Il est constitué d'un panneau sculpté incliné, porté par de petits balustres tournés, en buis également.
Son décor en relief reprend divers motifs christiques (chrisme, croix grecque, croix pattée accostée de colombes et Agneau mystique) ainsi que le symbole des quatre évangélistes (Aigle de saint Jean, Bœuf de saint Luc, Homme de saint Matthieu, Lion de saint Marc).
Ses dimensions sont 26 centimètres de long pour 20 de large et 16 de haut (source wikipédia).


         Ainsi, on peut supposer qu'il existait à Saint-Claude, soit parmi les frères, soit parmi les séculiers établis autour de la communauté, quelques rares artisans, voire quelques artistes, habiles dans le travail du bois.




Copie de la bible de Saint Louis (vers 1250). Tourneur et tour à perche illustrant le Cantique des Cantiques (source cliché BNF)
       Textes sacrés, moines, monastères, abbayes... furent des outils de conservation et de transmission des savoirs au Moyen-Age.
Mieux, les pèlerinages associés apportaient un grand nombre de voyageurs qui repartaient avec des "souvenirs" des lieux visités.
Ainsi, les plombs de pèlerinage sont bien connus, y compris ceux de Saint-Claude sur lesquels ont voit déjà un objet profane : le sifflet !
Dessins ci-dessous des plombs de Saint-Claude, issus de la collection Forgeais, rassemblée au XIX ème siècle.






Le sacré et le profane !
Ci dessus, exceptionnelle carte à jouer qui représente un des saint patron des tourneurs: Saint Claude, avec les attributs de la région: tabac et pipe, jouets avec les quilles et le cheval à bascule

Objets profanes fabriqués par les artisans locaux....
et objets religieux fabriqués parfois par les religieux eux-mêmes, comme les Chartreux par exemple.

Une de mes reproductions de chapelet en os de moine Chartreux, d'après le mobilier d'une tombe du cimetière de la Chartreuse de Sainte-Croix-en-Jarez (Haute Loire) daté du XVII ème ou XVIII ème siècle.



Perles tournées et croix découpée en os




Reconstitution d'un atelier de tournerie d'un moine Chartreux, Chartreuse de La Verne (Collobrières- Var). Le tour est marqué GRUET à St CLAUDE. Celui-ci provient de la Grande Chartreuse, près de Grenoble, il a été donné à La Verne vers 1980 de manière à montrer aux visiteurs ce que contenait une cellule type de chartreux.  Force motrice avec la roue sous l'établi, comme c'est souvent le cas hors du Jura. (Cliché J.-L. Mordefroid).


         Après la Révolution, il ne semble plus avoir de mention de la fabrication de chapelets dans le Jura, tout comme d'autres objets "souvenirs" liés aux pèlerinages. Aucun catalogue connu, depuis le premier quart du XIX ème siècle, n'illustre non plus ces objets...
Les objets profanes, et surtout l’industrie de la pipe prend le relais à Saint-Claude et fera sa notoriété mondiale.
Les fabrications plus traditionnelles faites à Saint-Claude essaimeront dans les villages alentours, chacun se spécialisant. L'âge d'or de la tournerie jurassienne va pouvoir commencer.



Superbe représentation d'un atelier de pipier à Saint-Claude. Les tours ont tous la force motrice d'une roue fixée au plafond de l'atelier. Carte postale ancienne vers 1900.

Contre champ de l'atelier précédent quelques années plus tard, l'électricité arrive à Saint-Claude en 1902, les roues des tours ont disparu. L'usine de pipes Jeantet-David , située au cœur de la vieille ville, a été un lieu beaucoup photographié.

Moins d'une décennie plus tard, l’usine Jeantet-David est électrifiée. Les grandes roues des tours à pédale ont été remplacées par des poulies en fonte et leur arbre au plafond mû par un moteur électrique. Ici, l’atelier des ébaucheurs, reconnaissable par ses scies circulaires et les ébauchons de pipes au premier plan en bas à droite.


Catalogue Job Dominique, de Villards d'Héria, village proche de Moirans-en-Montagne. Persistance de la fabrication des petits sifflets (en haut à gauche) inchangés depuis la fin du Moyen-Age. Catalogue imprimé entre 1875 et 1893, datable grâce aux lettres de commerce de l'entreprise (ci-dessous).


En-tête de la tournerie Job en 1875

La même entreprise vers 1910, carte postale ancienne, avec le convoyage des marchandises par un chariot à cheval !


"L'article de Saint-Claude" est toujours une référence commerciale puissante du XIX ème au XX ème siècle. Papier à en-tête de la tournerie Job en 1893.
        Ce même document mentionne les articles de Saint Claude, bien sûr, ceux d'Oyonnax et de Morez. Oyonnax était spécialisé dans les peignes (buis, et corne), tandis que Morez dans la lunette et horologerie.
Les grosses entreprises de tournerie pratiquaient "le négoce" lors du convoyage des marchandises. Les objets tournés partaient vers le sud, et les camions plutôt que de remonter à vide, rapportaient souvent du vin du midi. Sur le document ci-dessus, on voit ainsi l’appellation "Vin pur de Mascara", ce qui n'est pas inhabituel pour l'époque.



Le village de Villards d'Héria comportait de nombreuses tourneries, y compris celle-ci dont le propriétaire Henri Picod n'a aucun lien de parenté avec mon arrière grand-oncle du même nom et qui exerçait à Arinthod à la même date
Cliquez sur l'image ci-dessus pour lire l'histoire de cette tournerie !


Le même site vu par un peintre jurassien. Dominique MAYET, "Pont de Villards d'Héria" 1976. Huile sur toile, col. part. Cliché Musée de l'Abbaye, Saint-Claude 2016.

Les restes inutilisés de la tournerie Job aujourd'hui. (Cliché Laurent Poupard, inv. du patrimoine).

Belle persistance du nom du Saint fondateur, de l'activité... et de sa légende, ci-dessous


           1400 ans plus tard, Saint Oyend par homonymie est devenu Saintoyant, un nom de famille connu dans le massif jurassien. Ici, rareté, c'est le nom du propriétaire d'une Manufacture de tournerie à Nantua au début du XX ème siècle.
Et toujours dans l'Ain, à Dortan ci-dessous.


Alors, pour conclure

Moines tourneurs ?
ou
Tourneurs de moines ?

Les moines sont en effet des toupies bien particulières, ne dit-on pas ventru comme un moine ?
Les traditions populaires sont vivaces...

Toupies, fiardes ou moines dans le catalogue Job.



 Oxford, Bodleian Library, MS Bodley 264, f°64r, détail, le roman d’Alexandre, France entre 1338-1344. Doc. communiqué par Pierre Mille -INRAP-, archéologue, dendrochronologue  et médiéviste.

Au Moyen -Age, ce type de toupie se nommait "sabot", on retrouve parfois dans des documents modernes sur les jeux, la description du jeu du sabot qui n'est autre que la toupie lancée avec un fouet !

Saint Oyend, Saint Claude... mais alors, pourquoi Saint Dominique fut-il honoré comme saint patron par les tourneurs jurassiens jusqu'au début du XX ème siècle ?


! Warning: hypertext links only on french page.




Partager



4 commentaires:

  1. Mail de M.-J. Lambert, conservateur des Musées du Jura:
    Merci pour cette découverte des origines de la tournerie dans le Jura, entre rappels historiques - ethnographiques et expérimentation. C'est passionnant !

    RépondreSupprimer
  2. Commentaire de Valérie PUGIN, conservatrice du Musée de l'Abbaye à Saint-Claude:
    Meilleurs voeux Christophe et merci pour cet article éclairant ! La tournerie dans le Jura et le monastère étant des questions souvent soulevées en visite guidée du sous-sol archéologique du musée, nous pourrons en approfondir les réponses...

    RépondreSupprimer
  3. De Frédéric, du Berry, par mail le 14/01/2017
    Commentaire : Beau travail d'un collectionneur passionné. Recherches personnelles converties en articles richement illustrés. Votre site fait Honneur aux traditions ancestrales et à l'Histoire du Jura. Le moins que l'on puisse dire, c'est que vous ne tournez pas en rond à rien faire de vos 10 doigts …
    Bon vent, et Tournez manège !

    RépondreSupprimer
  4. Great research, a superb job,
    If yo are interested in whistles, you are most welcome to join us at the facebook group " Antique whistles ancien sifflets " .
    Best regards
    Avner Strauss
    www.whistlemuusem.com

    RépondreSupprimer